MON COMPTE : MOT DE PASSE :
Mot de passe oublié ?
    Créer un compte

0 Article(s)

0 €

Email

09 51 72 83 37

Page FACEBOOK de la librairie

REPRISE D´ACTIVITE
NORMALE A COMPTER DU 
MARDI 12 MAI.
En attendant, vous pouvez nous
passer des commandes sur le site
ou par email : nous faisons des
envois par La Poste tous les jours,
des dépôts dans un magasion bio
à 10 min de la librairie (OrexisBio),
voire des livraisons à domicile.

 

Nos conférences et activités

(sauf mention contraire, ces activités ont lieu dans

notre salle, 2 rue des Antonins, Lyon 5e, à 19h30)

Nous sommes en train de modifier &
mettre à jour notre programme
d´activités de mi mai à juillet.

 

Rappel des conférences automne 2018 (en pdf)
Rappel des conférences printemps 2018 (en pdf)

Rappel des conférences automne 2017 (en pdf)

Rappel des précédentes conférences de 2016

Rappel des conférences de 2015

_____________________________________

 

* Vidéo de l´alchimiste Patrick Burensteinas
à la librairie Cadence, le 28/10/2015



DARCHE Claude Mourir pour renaître au travers des grades maçonniques Librairie Eklectic

Mourir pour renaître au travers des grades maçonniques

Auteur : DARCHE Claude
Editeur : DERVY         collection : Bibliothèque de la F-M
Nombre de pages : 160
Date de parution : 17/07/2017
Forme : Livre de poche ISBN : 9791024202129
D1080

NEUF habituellement en stock
Prix : 12.00€

S’initier, c’est apprendre à mourir, et par là même à vivre. Cependant, il y a des degrés dans cet apprentissage du bien mourir, du bien naître, du bien vivre. Selon les degrés, selon les étapes de notre vie maçonnique qui va rapidement se confondre avec notre vie profane, notre vie tout court, nous allons mourir à certaines choses pour nous éveiller à d’autres.
« Mourir et renaître », ces termes si souvent employés prennent différentes formes, différents aspects, nous ne renaissons pas au grade d’apprenti comme au grade de compagnon ou comme au grade de maître ou comme plus tard, au 18e degré du REAA, Chevalier Rose Croix
La « grande » mort sera celle de mourir au profane pour rentrer dans le sacré, pour sortir du monde des apparences et enfin aller vers le monde réel, celui que notre regard pourra enfin saisir parce que délivré de sa gangue, de sa boue, de ce qu’il veut voir et non de ce qui Est.